La Loi de l’Attraction

La loi de l'attraction est une loi impersonnelle et universelle qui s'applique de la même manière que la loi de gravité, sans aucun jugement de valeur ni distinction entre le bien ou le mal.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Le Paganisme, les païens et les coutumes païennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5133
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Paganisme, les païens et les coutumes païennes   Jeu 7 Avr - 15:05


Le Paganisme

Les païens et les coutumes païennes


En premier lieu, nous devons définir ces termes afin d'éviter toute confusion quand il y a échange de point de vue entre les gens et que ceux-ci en ont une interprétation tout à fait différente. Certains chrétiens parlent de paganisme sans penser à ce qu'eux ou les autres entendent par ce terme.

Le paganisme en terme traditionnel, se réfère à n'importe quelle religion polythéiste qui est généralement orientée vers la sensualité et le matérialisme. Les mots clés ici sont polythéiste, sensualité, matérialiste. L'ancienne religion cananéenne est un exemple classique de paganisme.

Les païens sont ceux qui pratiquent le paganisme. En cette ère moderne, ces termes ont pris une signification supplémentaire. Aujourd'hui, nous pouvons surnommer une personne comme étant païenne si il ou elle n'est ni chrétienne, ni juive ou ni musulmane sans égard au fait qu'elle soit polythéiste ou pas. Si une personne croit qu'il y a un Dieu mais ne s'identifie pas avec l'une de ses grandes religions monothéistes, elle peut être appelée païenne. Donc, suite à cette définition et aux définitions traditionnelles, les musulmans ne sont pas païens. La religion musulmane est une religion monothéiste au sens stricte du mot, donc n'est ni sensuelle, ni matérialiste. À la manière des juifs, les musulmans ne sont ni païens, ni chrétiens.

Les coutumes païennes incluent tous les usages pratiques et conventions sociales qui sont communes à la communauté et régularisent la vie des païens. Les coutumes païennes peuvent inclure des fêtes religieuses, l'architecture d'un temple, l'habillement, les salutations sur la place du marché ou n'importe quoi d'autre qui est commun à la vie païenne. Les coutumes païennes peuvent être ou non religieuses. Elles ne sont simplement que les coutumes des païens. Les coutumes païennes religieuses ne sont que celles associées spécifiquement à la vie religieuse païenne.

Le christianisme est supérieur au paganisme. Le paganisme étant farci d'ignorance et de superstitions, produit la mort. Le christianisme débordant de la présence de Jésus est le chemin de la vie éternelle. En dépit de cela, le paganisme demeure attirant pour plusieurs chrétiens. Le déclin de la morale chez le paganisme, sa sensualité démesurée, ses positions politiques et sociales souvent supérieures en font un ennemi de taille pour la foi chrétienne. Tentés par une attirance trompeuse des sociétés païennes et à la fois reconnaissant l'appel de Jésus à les évangiliser, les chrétiens ont eu souvent à discuter jusqu'à quel point l'église pouvait s'adapter aux coutumes païennes sans mettre en péril la foi chrétienne. Comment distinguer entre ce qui est inoffensif et ce qui est dangereux?

Étant donné que nous avons fait la distinction entre les termes, nous devons nous préparer à nous demander une question cruciale concernant toute question présumée païenne : sommes-nous en train de parler de paganisme, de païens ou de coutumes païennes? De nombreux chrétiens croient qu'il existe au moins quelques coutumes païennes qui peuvent être christianisées et en pensant ainsi, nous renforçons la foi chrétienne. À partir de cette perspective, quand les coutumes païennes sont transformées en Christ, alors le christianisme conquiert le paganisme. Autrefois ténèbres, ces coutumes proclament présentement Jésus-Christ. En faisant ainsi, la culture syncrétisme devient un outil puissant pour l'évangilisation.

L'église catholique romaine ainsi que plusieurs protestants ont longtemps adopté cette vision. Il est bien connu que les écrivains anticatholiques ont exagéré le degré et la nature d'un tel syncrétisme en vue de cataloguer Rome comme étant Babylone et eux-mêmes comme les enfants de Dieu. Ironiquement, ils ont recruté des alliés parmi les antichrétiens et les écrivains agnostiques qui ont considéré le christianisme comme rien de plus qu'un pas vers la pensée religieuse d'origine humaine. Déjà, la similarité dans la forme ne prouve pas des origines communes ou une similarité dans la substance. Souvenez-vous que les païens tout comme les chrétiens ont eu leur rite de baptême. Est-ce que le baptême dès lors, est païen? Non, il est seulement similaire dans la forme à quelques aspects des coutumes païennes. Dans beaucoup d'autres aspects, le baptême chrétien est entièrement différent. Même si le baptême était originairement une coutume païenne, est-ce que cela rendrait la coutume chrétienne du baptême mauvaise en soi? Non, comme de raison! Quelque soit le degré de syncrétisme que la culture chrétienne a adopté de la culture païenne, l'aspect sombre du paganisme s'est estompé. Les sacrifices humains et la débauche sexuelle n'ont jamais fait parti de la foi chrétienne.

Dès le début de la Réforme, plusieurs protestants ont défié la vision catholiques sur le syncrétisme culturel. Ils ont tenté de purger l'église de ce qu'ils considéraient comme compromis néfastes de l'église catholique romaine avec les coutumes païennes. Cette purge s'est effectuée à la fois dans les doctrines et les coutumes. Dans plusieurs esprits, l'église catholique n'était que la prostituée des mystères religieux babyloniens citée dans Apocalypse 11.

Parce qu'ils étaient incapables d'être en accord sur ce qui était doctrines et pratiques païennes, les protestants ne pouvaient non plus être en accord sur ce qui devait être rejeté. Certains croyaient que si le Nouveau Testament ne permettait pas certaines choses donc, elles ne devaient pas être faites. D'autres croyaient que si le Nouveau Testament ne l'interdisait pas, cela pouvait se faire. Par dessus tout, les calvinistes croyaient que les luthériens n'avaient pas assez fait pour purger l'église des influences romaines. De la même façon, les anabaptistes ont cru également que les calvinistes étaient trop compromettant.

En Angleterre, les gens étaient étiquetés " puritains " s'ils cherchaient à purifier l'église établie. Tout ce qui était d'origine romaine devait disparaître, pensaient-ils. Dans leur zèle, les puritains ont rejeté plusieurs coutumes chéries depuis longtemps, plus particulièrement Noël.

Au 16e et au 17e siècle, la religion était une activité mortelle. Catholiques et protestants se sont livrés bataille pour le contrôle de l'état. Les martyrs se chiffraient dans les deux camps. En Angleterre, le patriotisme s'entremêlait à la religion comme les protestants pressaient les anglais à résister à l'autorité d'un pape étranger. L'Espagne n'a-t-elle pas essayé d'envahir l'Angleterre pour imposer à nouveau la foi catholique? Encore là, avec le secours de Dieu, l'armée anglaise a fait essuyer une défaite à l'Armada.

Aujourd'hui, pour la plupart du monde occidental, ces coutumes religieuses font parti de l'histoire du passé.. À l'exception des plus conservateurs parmi les descendants du mouvement puritain de même que leur famille, le sentiment anti-Noël a disparu. Les coutumes prohibées autrefois sont maintenant pratiquées. Une transition similaire s'est produite dans nos assemblées. L'observance de Noël, interdite dans le passé, est maintenant acceptée dans l'Église Universelle de Dieu. Les membres peuvent décider pour eux-mêmes s'ils l'observent ou non. Encore là, plusieurs questions restent sans réponse. Les membres et les ministres du culte ont besoin d'éléments de base pour parvenir à une solide décision sur le sujet. Si Dieu est vraiment contre quelque chose, ce que l'église décide alors et qui est contraire à Sa volonté ne peut être utilisé comme fondement pour notre code d'éthique.

Plutôt qu'un débat directe au sujet de la fête de Noël, cet article considérera des sujets plus larges comme le paganisme, les païens et les coutumes païennes à la lumière de l'évangile. Une fois que nous comprenons adéquatement ces sujets, nous pouvons alors formuler et appliquer les principes à plusieurs de nos coutumes, pas seulement celles associées avec Noël. Notre éthique aura une base plus solide. Plus tôt, nous avons affirmé vouloir examiner ces trois sujets à la lumière de l'évangile. En agissant ainsi, nous devons méditer sur ce qu'est l'évangile en tant que tel.

L'évangile est la bonne nouvelle de Jésus, hier, aujourd'hui et demain. C'est l'histoire au sujet de Jésus, le fils de Dieu, devenu chair et qui habite parmi nous. C'est l'histoire de sa vie, de son enseignement, de ses souffrances et de sa crucifixion. L'évangile proclame sa résurrection, son ascencion au ciel et sa glorification à la droite du Père (1Cor 15). Même maintenant, le Fils réside dans son Église. Jésus est de retour. Aujourd'hui, Dieu habite dans son peuple parce qu'ils sont son temple. L'évangile est la bonne nouvelle que le Royaume des cieux s'est frayé un chemin parmi les royaumes de ce monde. Jésus --le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs- règne parmi nous. Les croyants en Lui sont réconciliés avec Dieu, ont reçu la vie éternelle et le Saint-Esprit. Ils sont entrés dans une alliance relationnelle avec Lui. Dieu a écrit sa loi éternelle dans leur cœur et ils sont des convertis.

Le paganisme est étranger à l'évangile. On ne peut croire au paganisme et croire l'évangile chrétien à la fois. La théologie et l'éthique des deux sont en complète opposition l'une à l'autre. Le polythéisme païen est opposé au monothéisme chrétien. Le paganisme est sensuel, le christianisme est tempéré. Le paganisme est matérialiste, le christianisme rejette le matérialisme. À la lecture de Justin Martyr, nous réalisons combien les Pères de l'Église primitive comprenait ce conflit d'une façon sérieuse, et combien ils pouvaient être anti-païens.

Le paganisme ne peut être converti. Personne ne peut pratiquer un paganisme chrétien pas plus que personne ne peut croiser un chien avec un chat. Le polythéisme et la sensualité ne peuvent être chrétiens. L'évangile ne peut pas transformer le paganisme. Il le rejette tout simplement. L'évangile affirme par contre que Dieu peut convertir des païens. Les prophètes de l'Ancien Testament ont proclamé que les païens rejetteraient leur fausse religion et viendraient adorer le Dieu d'Israël. Quand les mages ont suivi l'étoile de l'orient et se sont prosternés devant le Messie, ce processus fut enclenché

Donc, malgré le fait que le paganisme ne peut être converti, nous savons que les païens le peuvent. Qu'en est-il de leurs coutumes? Et plus spécifiquement, qu'en est-il de leurs coutumes religieuses?. Les coutumes religieuses d'origine païenne peuvent varier de forme et de catégorie. Elles se situent de la conduite la plus débauchée qui soit jusqu'aux traditions les plus inoffensives telle que la position qu'une personne doit adopter lorsqu'elle prie. Quand nous pensons aux coutumes païennes, devons-nous placer les sacrifices humains dans la même catégorie que les fêtes saisonnières? Devons-nous classifier la prostitution au temple au même titre que les traditions du mariage? Devons-nous distinguer entre la substance du paganisme (le polythéisme et l'immoralité) et la forme du paganisme? Si certaines coutumes ne seraient pas reliées à un contexte religieux païen, les gens les auraient-elles considéré comme étant mauvaises? Par exemple, l'utilisation de certaines plantes et de certains animaux comme symboles de fertilité. La plupart des couples mariés chrétiens ne désirent-ils pas être fertiles? Est-ce que la fertilité et son symbole représentatif sont quelque chose de mauvais en soi ou est-ce la vision païenne de la fertilité qui le serait? Une fois corrompues, les bonnes choses ne sont pas perdues à jamais; c'est le message de l'évangile. Au moyen de Jésus-Christ, la réconciliation est possible. Nous devons distinguer entre la forme et la substance. Le passé et le présent doivent être considérés. Ce que le paganisme a corrompu, nous devons l'utiliser pour un bon usage. Prenons comme exemple, Malachie 4 :2. Dieu utilise le soleil, longtemps considéré comme un symbole païen, pour représenter symboliquement Jésus.

Il faut considérer que certaines coutumes païennes reflètent le cœur et l'esprit du paganisme. Ils existent seulement dans un contexte païen. Nous ne pouvons retrouver un sacrifice humain chrétien ou un temple de prostitution chrétien. D'un autre côté, il y a des coutumes païennes qui ne reflètent pas le paganisme en lui-même. Ils ne sont que des formes utilisées par les païens dans quelques unes de leurs traditions. Dans un contexte différent, ces formes prennent une signification différente. Par exemple, les viandes sacrifiées aux idoles peuvent être mangées. La verdure utilisée lors de fêtes païennes peut être aussi utilisée pour décorer la maison à Noël. Dans un contexte chrétien, ces formes peuvent avoir une signification chrétienne. Dès lors, comment devons-nous comprendre Deutéronome 12 :30b-31 " ...gardez-vous de vous laisser prendre au piège en les imitant après leur extermination et n'allez pas vous rallier à leurs divinités en disant :  'Comment ces nations adoraient-elles leurs dieux? Nous voulons nous aussi faire comme elles.' Non, vous n'agirez pas ainsi envers l'Éternel votre Dieu. Car ces nations faisaient pour leurs dieux toutes sortes de choses que l'Éternel a en abomination et qu'Il déteste : elles allaient même jusqu'à brûler leurs fils et leurs filles en sacrifice à leurs dieux. L'intention de cette loi demeurait celle d'empêcher le paganisme.

La phrase importante dans ce passage est la suivante " Vous n'agirez pas ainsi (adorer leurs dieux) envers l'Éternel votre Dieu ". Comment rend-t-on un culte à la manière païenne? Est-ce que les païens chantaient des hymnes, sacrifiaient des animaux, se rendaient au temple, célébraient la fête de la moisson, décoraient en utilisant la création de Dieu? Oui, ces formes de culte n'étaient pas ce que Dieu condamnait. Ce n'était non plus les façons païennes. La façon ou la substance du paganisme est beaucoup plus significative. Dans Deutéronome 12, la manière païenne consistait à servir leurs dieux en faisant des choses détestables. Dieu n'est pas préoccupé par l'aspect extérieur qui, dans d'autres contextes, serait parfaitement acceptable. Il est plutôt concerné par les pratiques immorales qui encourageaient les perversions d'un mauvais système décadent polythéiste. Dieu illustre bien ce qu'Il entend par des pratiques détestables en mentionnant la pratique païenne des sacrifices humains. De telles pratiques sont au cœur et à l'esprit du paganisme. C'est cet esprit corrompu que nous devons éviter.

Ce n'est pas tout ce que les païens font lors de leur culte qui est mauvais en soi. Ils chantent, vont au temple, prient. Ce sont aussi des coutumes païennes et ils peuvent les faire tout en sacrifiant des êtres humains. Ce qui est important pour Dieu est la façon qu'ils prient, comment ils se comportent dans leur temple, comment ils prient et à qui ils prient. Les gens peuvent corrompre et mal utiliser quoique ce soit. Le polythéisme païen et l'immoralité représentent quelque chose de désagréable à Dieu. Le polythéisme et l'immoralité sont des coutumes païennes qu'Israël ne devait pas imiter en rendant un culte à Dieu.

Jésus nous a recommandé de " ... cesser de juger selon les apparences et apprenez à porter des jugements conformes à ce qui est juste " (Jean 7 :24). En essayant de rendre un jugement juste, quelque fois les chrétiens étiquettent les autres comme étant païens sans en comprendre le sens. En imposant d'une façon anachronique d'anciennes façons de faire les choses sur de nouvelles valeurs, nous condamnons faussement les coutumes chrétiennes. Ceci se produit lorsque nous ne parvenons pas à apprécier leur substance chrétienne. Confondre le passé avec le présent est mal comprendre les deux. À la fin, lorsque l'on se concentre sur la forme extérieure, on oublie la recommandation de Jésus : " Arrêtez de juger sur les apparences ". Le désir d'un Puritain moderne de servir Dieu est louable. Cependant, sa compréhension a besoin de maturer.

L'éthique chrétienne devrait faire des distinctions entre le paganisme, les païens et les coutumes païennes. Le paganisme ne peut être converti; les païens, oui. Les coutumes païennes peuvent être converties si elles sont simplement des formes et non pas des expressions inhérentes au paganisme. En faisant de telles distinctions, nous ne confondons pas la forme avec la substance. Nous ne confondons pas ce qui est décent avec ce qui est péché, ce qui est chrétien avec ce qui est païen. Nous en arrivons à une solide éthique chrétienne. (source)

Rédigé par Ralph Orr,
©1998, WCG.

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
 

Le Paganisme, les païens et les coutumes païennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Paganisme, les païens et les coutumes païennes
» L'histoire du paganisme
» Livret Paganisme
» La Parole selon Dieu sera repoussée en même temps que le paganisme balaiera la Terre
» Vierge Marie : Le monde a été mis sens dessus dessous par le paganisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Loi de l’Attraction :: Divers :: Spiritualité-