La Loi de l’Attraction

La loi de l'attraction est une loi impersonnelle et universelle qui s'applique de la même manière que la loi de gravité, sans aucun jugement de valeur ni distinction entre le bien ou le mal.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Le Kybalion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5048
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Kybalion    Jeu 31 Mar - 1:58


Le Kybalion – Chapitre I – La Philosophie hermétique




Étude sur la Philosophie Hermétique de l’Ancienne Égypte et de l’Ancienne Grèce par Trois Initiés

« Les lèvres de la Sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison. » LE KYBALION.

À HERMES TRISMEGISTE connu par les anciens Égyptiens comme « Le Grand des Grands » et « Le Maître des Maîtres », ce petit volume d’enseignements hermétiques est respectueusement dédié.

————————————————————–

« Les lèvres de la sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison. » Le KYBALION.

C’est de l’ancienne Égypte que nous viennent les enseignements ésotériques et occultes fondamentaux qui ont si puissamment influencé lies philosophies de toutes les races, des nations et des peuples depuis plusieurs milliers d’années.

L’Égypte, patrie des pyramides et des sphinx était le berceau de la Sagesse cachée et des enseignements mystiques. Tous les pays ont emprunté à ses Doctrines Secrètes. L’Inde, la Perse, la Chaldée, la Médée, la Chine, le Japon, la Syrie, l’ancienne Grèce, Rome et les autres nations anciennes prirent libéralement leur part à la fête du Savoir que les Hiérophantes et les Maîtres du Pays d’Isis avaient si abondamment pourvue pour ceux qui étaient préparés à partager la somme de Science Mystique et Occulte dévoilée par les Maîtres de cette antique contrée.

Dans l’ancienne Égypte ont vécu des Adeptes et des Maîtres qui n’ont jamais été surpassés et rarement égalés durant les siècles qui les ont séparés du grand Hermès. En Égypte se trouvait la Loge des Mystiques. Par la porte de ces Temples entrèrent les Néophytes qui, plus tard, comme Hiérophantes, Adeptes, et Maîtres parcoururent les quatre coins du monde, portant avec eux le précieux savoir qu’ils désiraient ardemment transmettre à ceux qui étaient préparés pour le recevoir. Tous ceux qui étudient les sciences occultes reconnaissent ce qu’ils doivent aux vénérables Maîtres de l’antiquité.

Parmi ces grands Maîtres de l’Ancienne Égypte vécut un homme que les Maîtres considéraient comme le « Maître des Maîtres ». Cet homme, si vraiment c’était un « homme », habita l’Égypte dans les temps les plus reculés. On le connaissait sous le nom d’Hermès Trismégiste. Il était le père de la Sagesse Occulte, le fondateur de l’astrologie et de l’alchimie. Les détails de sa vie sont perdus pour l’histoire, tant sont nombreuses les années qui nous séparent de lui ; cependant, quelques-uns des anciens pays de l’antiquité se sont disputé, il y a des milliers d’années, l’honneur de sa naissance. La date de son séjour en Égypte, qui constitue sa dernière incarnation sur notre planète, ne nous est pas connue à l’heure actuelle ; on l’a fixée aux premiers jours des plus anciennes dynasties égyptiennes, longtemps avant Moïse. Les auteurs les plus compétents le considèrent comme contemporain d’Abraham ; quelques traditions juives vont même jusqu’à affirmer qu’Abraham a acquis d’Hermès lui-même une grande partie de ses connaissances mystiques. Dans les années qui suivirent sa disparition du plan de vie terrestre (la tradition rapporte qu’il a vécu 300 ans dans la chair), les Égyptiens déifièrent Hermès et le nommèrent Thoth. Plus tard, le peuple de l’ancienne Grèce le compte aussi au nombre de ses nombreux dieux ; il le nomme « Hermès, le dieu de la Sagesse ». Les Égyptiens ont révéré sa mémoire pendant de nombreux siècles, pendant des dizaines de siècles, l’appelant « l’Écrivain des Dieux » et lui rendant son ancien titre de « Trismégiste » qui signifie le « Trois-Fois-Grand », le « Grand des Grands », le « Plus Grand des Grands », etc. Dans tous les pays de l’antiquité, le nom d’Hermès Trismégiste synonyme de « Fontaine de Sagesse » était très honoré.

Aujourd’hui, nous utilisons encore le mot « hermétique » dans le sens de « secret fermé, de manière à ce que rien ne puisse échapper », etc., et cela, en raison du fait que les disciples d’Hermès ont toujours eu pour principe d’observer le secret dans leurs enseignements. Ils ne voulaient pas « jeter des perles aux pourceaux » ; ils préféraient donner du « lait aux enfants » et de la « viande aux hommes fats », deux maximes familières aux lecteurs des descriptions chrétiennes, mais qui ont été cependant utilisées par les Égyptiens, de nombreux siècles avant notre ère. Cette politique de dissémination prudente de la vérité a toujours caractérisé les hermétistes, même jusqu’à nos jours. On peut trouver les Doctrines hermétiques dans tous les pays, au sein de toutes les religions, mais on ne peut jamais les rapporter à aucun pays en particulier ni à aucune secte religieuse spéciale. Cela est dû à la crainte, de la part des anciens apôtres, de voir la Doctrine secrète se transformer en une croyance. La Sagesse de cette idée est évidente, pour tous ceux qui ont étudié l’histoire.

L’ancien occultisme de l’Inde et de la Perse dégénéra et fut en grande partie perdu parce que ses apôtres devinrent des prêtres ; ils mélangèrent ainsi la théologie à la philosophie ; il en résulta que l’occultisme de l’Inde et de la Perse se perdit graduellement au milieu de la masse des superstitions religieuses, des cultes, des croyances et des « dieux ». Il en fut ainsi pour l’ancienne Grèce et Rome. Il en fut ainsi pour les enseignements hermétiques des gnostiques et des premiers chrétiens qui dégénérèrent sous l’influence de Constantin, dont la poigne de fer amalgama la philosophie et la théologie, enlevant à l’école chrétienne ce qui était sa véritable essence, son esprit et l’obligeant à tâtonner pendant plusieurs siècles avant de retrouver le chemin de son ancienne foi ; en effet, tout montre aux observateurs attentifs que dans notre vingtième siècle, l’Église lutte pour revenir à ses anciens enseignements mystiques.

Mais il y a toujours eu quelques esprits dévoués qui ont conservé vivante la flamme, la soignant précieusement, et ne lui permettant pas de s’éteindre. Grâce à ces coeurs dévoués et à ces esprits intrépides, nous avons toujours à un degré quelconque avec nous la vérité. Mais elle ne peut la trouver dans les livres. Elle a été transmise du Maître à l’élève, de l’Initié à l’Hiérophante, de la lèvre à l’oreille. Les rares fois où elle a été écrite, on a voilé sa signification en termes d’alchimie et d’astrologie, si bien que seuls, ceux qui ont possédé la clef ont pu la lire correctement. Cette mesure a été nécessaire pour éviter les persécutions des théologiens du moyen-âge qui poursuivaient la Doctrine secrète avec le feu, l’épée, le bûcher, le gibet et la croix. C’est pourquoi, à cette époque, on ne trouve qu’un petit nombre d’ouvrages sérieux sur la Philosophie hermétique. On trouve d’ailleurs d’innombrables allusions à leur sujet dans les nombreux ouvrages modernes, écrits sur les différentes parties de l’occultisme. Du reste, la Philosophie hermétique est la seule Maîtresse-Clef capable d’ouvrir les portes des enseignements occultes. Dans les premiers jours de l’antiquité, il existait un certain nombre de doctrines hermétiques fondamentales que le maître transmettait à l’élève et qui étaient connues sous le nom de « Kybalion » ; le sens exact et la signification de ce mot ont été perdus depuis plusieurs siècles. Cet enseignement, cependant, est connu de quelques personnes à qui il a été transmis verbalement, de génération en génération, à travers les siècles. Ces principes n’ont jamais été écrits ni imprimés, aussi loin qu’il nous est possible de nous reporter. C’était simplement une collection de maximes, d’axiomes et de préceptes qui étaient complètement incompréhensibles pour les profanes, mais que les adeptes comprenaient parfaitement une fois expliqués et amplifiés par les Initiés hermétiques à leurs néophytes. Ces enseignements constituaient véritablement les principes fondamentaux de « l’Art de l’Alchimie hermétique » ; celui-ci, contrairement aux croyances générales, donne la prépondérance aux Forces mentales plutôt qu’aux éléments matériels, à la transmutation d’une sorte de vibrations mentales en vibrations d’une autre sorte plutôt qu’à la transformation d’une sorte de métal en une autre. La légende de la « Pierre philosophale » capable de transformer en or un vil métal n’était qu’une allégorie de la Philosophie hermétique, bien comprise seulement des adeptes du véritable hermétisme.

Dans ce petit ouvrage, dont voici la première leçon, nous conseillons à nos élèves, comme il est recommandé dans le Kybalion, et comme nous l’expliquons nous-mêmes, d’étudier les enseignements hermétiques avec l’humble attitude de l’adepte qui, bien que portant le titre d’Initié, travaille toujours aux pieds d’Hermès, le Maître. Plus loin, nous vous donnons un grand nombre de maximes, d’axiomes et de préceptes du Kybalion accompagnés des explications et des éclaircissements qui nous ont paru nécessaires pour rendre les enseignements plus facilement compréhensibles aux adeptes modernes, en particulier lorsque le texte original est écrit à dessein en termes obscurs. Les maximes originales, les axiomes et les préceptes du Kybalion sont imprimés dans cet ouvrage en italique, dans tous les cas le texte original a été conservé. Notre travail personnel est imprimé en caractères ordinaires dans le corps de la page. Nous espérons que les nombreux élèves à qui nous offrons aujourd’hui ce petit ouvrage, tireront de l’étude de ces pages autant de profit qu’en ont tiré ceux qui les ont précédés sur le chemin de la Maîtrise, durant les siècles qui se sont écoulés depuis Hermès Trismégiste, le Maître des Maîtres, le Grand des Grands. Parmi les paroles du Kybalion, on trouve celles-ci ; « Sous les pas du Maître, les oreilles de ceux qui sont prêts à comprendre sa doctrine s’ouvrent toutes grandes. » LE KYBALION. «Quand les oreilles de l’élève sont prêtes à entendre, c’est alors que viennent les lèvres pour les remplir de Sagesse. » LE KYBALION.

Si l’on en croit les Enseignements, ce passage de l’ouvrage attirera l’attention de ceux qui sont prêts à les comprendre. Et, quand l’élève sera prêt à recevoir la Vérité, c’est alors que lui viendra ce petit livre. Telle est la Loi. Le Principe hermétique de la Cause et de l’Effet sous son aspect de la Loi d’Attraction, rassemblera les lèvres et les oreilles, l’élève et l’ouvrage.

Qu’il en soit ainsi.

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès (source)

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit


Dernière édition par Esprit le Jeu 31 Mar - 2:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5048
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Kybalion – Chapitre II Les Sept principes hermétiques   Jeu 31 Mar - 2:10


Le Kybalion – Chapitre II Les Sept principes hermétiques



« Les principes de la vérité sont au nombre de sept ; celui qui les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les toucher. » – LE KYBALION.

Les Sept principes hermétiques, sur lesquels la Philosophie hermétique tout entière est basée, sont les suivants :

1. Le Principe de Mentalisme.

2. Le Principe de Correspondance.

3. Le Principe de Vibration.

4. Le Principe de Polarité.

5. Le Principe de Rythme.

6. Le Principe de Cause et d’Effet.

7. Le Principe de Genre.

Ces sept principes seront discutés et commentés au fur et à mesure que nous avancerons dans ces leçons. Cependant, dès maintenant, nous allons donner une courte explication de chacun.

1. Le Principe de Mentalisme

« Le Tout est Esprit ; l’Univers est Mental ». – LE KYBALION.

Ce Principe implique cette vérité que « Tout est Esprit ». Il explique que le Tout qui est la Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom d’Univers Matériel , « Phénomène de la Vie », « Matière », (« Energie », et en un mot tout ce qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit lequel, en lui-même, est inconnaissable et indéfinissable, mais qui peut être considéré et pensé comme un Esprit Universel, Infini, Vivant. Il explique encore que le monde ou l’univers « phénoménal » n’est qu’une simple Création Mentale du Tout sujette aux Lois des Choses Créées ; que l’univers considéré dans son entier ou dans ses parties, existe dans l’Esprit du Tout, que c’est dans cet Esprit «que nous vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes ». Ce Principe, en établissant la Nature Mentale de l’Univers, explique facilement tous les divers phénomènes mentaux et psychiques qui occupent une si grande place dans l’attention publique et qui, sans explications, ne sont pas compréhensibles et défient toute interprétation scientifique.

Comprendre ce grand Principe hermétique du Mentalisme permet à l’individu de saisir avec facilité les lois de l’Univers Mental, et de les appliquer à son bien-être et à son perfectionnement. L’Etudiant hermétique est capable d’appliquer intelligemment les grandes Lois Mentales au lieu de s’en servir au hasard. En possession de la Maîtresse-Clef, l’étudiant peut ouvrir les innombrables portes du temple mental et psychique du savoir, et y pénétrer librement et intelligemment. Ce principe explique la véritable nature de « l’Energie », du « Pouvoir » et de la « Matière » et pourquoi et comment ils sont subordonnés à la Maîtrise de l’Esprit. Un des vieux Maîtres hermétiques a écrit il y a bien longtemps : « Celui qui comprend la vérité de la Nature Mentale de l’Univers est déjà bien avancé sur le Chemin de la Maîtrise. »

Ces paroles sont aussi vraies aujourd’hui qu’elles l’étaient au temps où elles furent écrites. Sans Maîtresse-Clef, la Maîtrise est impossible, et l’élève s’en va frapper en vain aux innombrables portes du Temple.

2. Le Principe de Correspondance.

« Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut. » – LE KYBALION.

Ce Principe implique la Vérité qu’il y a toujours un rapport constant entre les lois et les phénomènes des, divers plans de l’Etre et de la Vie. Le vieil axiome hermétique l’explique en ces termes. « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut ». Comprendre ce principe confère les moyens de résoudre bien des paradoxes obscurs et bien des secrets cachés de la Nature. Il existe des plans de vie que nous ignorons complètement ; mais quand nous leur appliquons le Principe de Correspondance, nous devenons capables de comprendre plus loin qu’il ne nous aurait été possible de le faire autrement. Il se manifeste et s’applique partout dans l’univers, sur les divers plans de l’univers matériel, mental et spirituel ; c’est une Loi Universelle. Les anciens hermétistes le considéraient comme un des instruments mentaux les plus importants à l’aide duquel l’homme était capable de renverser victorieusement les obstacles qui surgissaient en face de l’Inconnu. C’est à lui qu’il fut possible d’écarter le Voile d’Isis au point d’entrevoir dans un éclair une partie de la figure de la déesse. De même que la connaissance des Principes de Géométrie permet à l’astronome assis dans son laboratoire de mesurer la distance des astres et de suivre leurs mouvements, de même la connaissance du Principe de Correspondance permet à l’homme de déduire intelligemment l’Inconnu du Connu. En étudiant la monade, il comprend l’archange.

3. Le Principe de Vibration.

« Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre ». – LE KYBALION.

Ce Principe implique la vérité que « tout est en mouvement », « tout vibre », « rien n’est à l’état de repos », faits que la science moderne accepte et que toute nouvelle découverte scientifique tend à vérifier. Il y a des milliers d’années que les Maîtres de l’ancienne Egypte ont énoncé ce Principe hermétique. Il explique que les différences existant entre les diverses manifestations de la Matière, de l’Energie, de l’Ame, et même de l’Esprit, sont la conséquence d’une proportion inégale de Vibrations. Depuis le Tout, qui est l’Esprit Pur, jusqu’aux formes les plus grossières de la matière, tout vibre ; plus grande est la vibration, plus haute est la position sur l’échelle. La vibration, de l’Esprit est tellement intense et si infiniment rapide qu’elle est pratiquement en repos, de même qu’une roue qui tourne avec une grande rapidité paraît arrêtée. A l’autre extrémité de l’échelle il y a les formes grossières de la matière dont les vibrations sont si lentes qu’elles paraissent ne pas exister. Entre ces deux pôles opposés, il y a des millions et des millions de degrés différents de vibrations. Depuis le corpuscule et l’électron, depuis l’atome et la molécule jusqu’aux mondes et aux univers, tout se meut, tout vibre. Cela est vrai également pour l’énergie et pour la force, qui ne sont que des degrés différents de vibration ; cela est vrai encore pour le plan mental dont les vibrations régissent l’état, et même pour le plan spirituel. L’étudiant en hermétisme qui comprend bien ce Principe et ses formules appropriées est capable de contrôler ses propres vibrations mentales aussi bien que celles des autres. Les Maîtres utilisent également ce Principe de diverses manières pour triompher des phénomènes de la nature. « Celui qui a compris les principe de la Vibration, s’est emparé du sceptre du pouvoir », a dit un ancien écrivain.

4. Le Principe de Polarité

« Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification ; les pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont que des demi-vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés. » – LE KYBALION.

Ce Principe implique la vérité que « tout est double », « tout a deux pôles », « tout a deux extrêmes » ; ces phrases sont de vieux axiomes hermétiques. Elles expliquent les anciens paradoxes qui ont rendu perplexes tant de gens et que l’on a exprimés comme il suit : « La thèse et l’antithèse ont une nature identique, mais des degrés différents » ; « les contraires sont semblables et ne diffèrent que par leur degré » ; « les pôles opposés peuvent se concilier » ; « les extrêmes se touchent » ; « tout est et n’est pas, en même temps » ; « toutes les vérités ne sont que des demi-vérités » ; « toute vérité est à moitié fausse » ; « il y a deux faces à chaque chose » , etc., etc. Le Principe de Polarité explique que, dans toute chose, il y a deux pôles, deux aspects opposés, et que les « contraires » ne sont en réalité que les deux extrêmes du même objet entre lesquels sont intercalés des degrés différents. Par exemple : le chaud et le froid bien « qu’opposés » sont en réalité une seule et même chose ; ils se distinguent simplement par une différence de degrés. Consultez votre thermomètre et voyez s’il vous est possible de découvrir où le « chaud » se termine et où le « froid » commence ! Il n’existe pas un « chaud absolu » ni un « froid absolu » ; ces deux termes « chaud » et « froid » indiquent simplement des degrés différents de la même chose, et cette « même chose » qui se manifeste comme « chaud » et « froid » est une simple forme, une Variante de la Vibration., Ainsi « chaud » et « froid » ne sont que les « deux pôles » de ce que nous appelons « Chaleur », et les phénomènes qui les accompagnent sont les manifestations du Principe de Polarité. Le même Principe est vrai dans le cas de « Lumière » et « Obscurité », qui sont une seule et même chose, la distinction consistant en une différence de degrés entre les deux pôles du phénomène. Quand la « nuit » nous quitte-t-elle et quand le « jour » commence-t-il ? Quelle différence y a-t-il entre « Grand et Petit ? » Entre « Facile et Difficile ? » Entre « Blanc et Noir ? » Entre « Tranchant et émoussé ? » Entre « Calme et Inquiet ? » Entre « Haut et Bas ? » Entre « Positif et Négatif ? » Le Principe de Polarité explique ces paradoxes et aucun autre ne peut le remplacer. C’est encore, le même Principe qui agit dans le plan mental. Prenons un exemple extrême, mais radical, celui de la « Haine et de l’Amour », deux états mentaux en apparence totalement différents. Et encore, il y a différents degrés dans la Haine et dans l’Amour ; il y a même des sentiments intermédiaires pour lesquels nous employons les mots de « Sympathie » et « d’Antipathie » qui arrivent à se confondre si étroitement qu’on a souvent beaucoup de difficulté à savoir si quelqu’un vous est sympathique, antipathique ou s’il vous est indifférent. Ces sentiments opposés ne sont que des degrés différents d’un sentiment unique, comme vous le comprendrez si vous voulez bien y réfléchir un petit instant. Mieux que tout cela, et les hermétistes y attachent une importance bien plus considérable, il est possible de changer, dans son propre esprit et dans l’esprit des autres, des vibrations de Haine en vibrations d’Amour.

Beaucoup d’entre vous, qui lisez ces lignes, ont fait l’expérience personnelle de la transition rapide involontaire qui peut se faire entre l’Amour et la Haine, et vice versa, en votre propre personne et en celle des autres. Vous comprendrez alors qu’il vous est possible de réaliser cette chose à l’aide de votre Volonté, en utilisant les formules hermétiques. Le « Bien » et le « Mal » ne sont que des pôles différents d’une même chose ; l’hermétiste connaît l’art de transformer le Mal en Bien, par l’application du Principe de Polarité. En somme, « l’Art de Polarisation » devient une phase de « l’Alchimie Mentale », connue et pratiquée par les Maîtres anciens et modernes de l’Hermétisme. La compréhension de ce Principe permet de modifier sa propre Polarité aussi bien que celle des autres, si l’on veut consacrer le temps et l’étude nécessaire pour devenir un maître de l’art..

5. Le Principe de Rythme

« Tout s’écoule, au dedans et au dehors ; toute chose a sa durée ; tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant. » – LE KYBALION.

Ce principe implique la vérité qu’il se manifeste dans toute chose un mouvement mesuré d’allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en avant et en arrière, un mouvement pareil à celui d’un pendule, quelque chose de semblable à la marée montante et descendante, à une mer pleine et à une mer basse ; ce mouvement d’allée et venue se produit entre les deux pôles, dont le Principe de Polarité décrit il y a quelques instants, nous a montré l’existence. Il y a toujours une action et une réaction, un progrès et un recul, un maximum et un minimum. Il en est ainsi pour tous les. éléments de l’Univers, les soleils, ’les mondes, les hommes, les animaux, l’esprit, l’énergie et la matière. Cette loi se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans le progrès et la décadence des nations, dans la vie de toute chose et enfin dans l’état mental de l’homme ; c’est pour cette dernière chose que les hermétistes estiment plus importante la compréhension du principe. Les hermétistes l’ont bien compris ; ils ont trouvé que son application était universelle ; ils ont aussi découvert certains moyens pour annihiler en eux-mêmes ses effets par l’usage des formules et des méthodes appropriées. Ils appliquent la Loi Mentale de la Neutralisation. Ils ne peuvent annuler le Principe ni arrêter son cours, mais ils ont appris à éviter ses effets sur eux-mêmes à un certain degré qui dépend de leur degré de Maîtrise. Ils ont appris à l’utiliser, au lieu d’être utilisés par lui.

C’est en cela et en des méthodes similaires que consiste l’Art des hermétistes. Le Maître en hermétisme se polarise lui-même au point où il veut rester ; puis il neutralise le balancement Rythmique du pendule qui tendrait â le transporter vers l’autre pôle. Tous ceux qui ont acquis un certain degré de Maîtrise-personnelle agissent ainsi dans une certaine mesure, plus ou moins inconsciemment ; le Maître, au contraire, le fait consciemment, par l’usage de sa Volonté ; il finit par atteindre un degré d’Equilibre et de Fermeté Mentale presque incroyable de la part des masses qui sont tirées en avant et en arrière comme un pendule. Ce Principe et le Principe de Polarité et les méthodes pour les contrecarrer, les neutraliser,ont été minutieusement étudiés par les hermétistes, et les utiliser constituent une partie importante de l’Alchimie Hermétique Mentale.

6. Le Principe de Cause et d’Effet

« Toute Cause a son Effet ; tout Effet a sa Cause ; tout arrive conformément à la Loi ; la Chance n’est qu’un nom donné à la Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la Loi. » – LE KYBALION.

Ce Principe implique le fait qu’il existe une Cause pour tout Effet produit et un Effet pour toute Cause. Il explique que : « Tout arrive conformément à la Loi » ; que « jamais rien n’arrive fortuitement » ; que le Hasard n’existe pas ; que, puisque il y a des plans différents de Cause et d’Effet, et que le plan supérieur domine toujours le plan inférieur, rien ne peut échapper entièrement à la Loi.

Les hermétistes connaissent jusqu’à un certain point l’art et les méthodes de s’élever au-dessus du plan ordinaire de la Cause et de l’Effet. En s’élevant mentalement à un plan supérieur, ils deviennent la Cause au lieu d’être l’Effet. Les foules se laissent docilement emmener ; elles obéissent à tout ce qui les entoure, aux volontés et aux désirs de ceux qui sont plus puissants qu’elles, à l’hérédité, à la suggestion, et à toutes les autres causes extérieures qui les dirigent comme de simples pions sur l’Echiquier de la Vie. Les Maîtres, au contraire, s’élevant sur le plan supérieur, dominent leurs sentiments, leur caractère, leurs qualités et leurs pouvoirs aussi bien que ce qui les environne ; ils deviennent des Maîtres au lieu d’être des pions. Ils jouent le jeu de la vie au lieu d’être joués et dirigés par la volonté des autres et par les influences extérieures. Ils se servent du Principe au lieu d’être ses outils. Les Maîtres obéissent à la Causalité du plan supérieur, mais ils règnent sur leur propre plan. Il y a, dans cette affirmation une véritable fortune de connaissances hermétiques. Le comprenne qui pourra.

7. Le Principe de Genre

« Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les plans. » – LE KYBALION.

Ce Principe implique la vérité que le Genre existe en tout ; les Principes Masculin et Féminin sont constamment en action. Cela est vrai, non seulement sur le Plan Physique, mais encore sur le Plan Mental et même sur le Plan Spirituel. Sur le Plan Physique, le Principe se manifeste sous la forme du sexe ; sur le Plan Supérieur, il prend des formes plus élevées, mais il est toujours le même. Aucune création physique, mentale ou spirituelle n’est possible sans lui. La compréhension de ses Lois jettera la lumière sur bien des sujets qui ont constamment rendu perplexes l’esprit des hommes. Le Principe du Genre agit toujours pour créer et pour régénérer. Toute chose, tout individu, contient les deux Eléments Masculin et Féminin ou le grand Principe lui-même. Tout Elément Mâle a son Elément Féminin ; tout Principe Féminin contient le Principe Mâle. Si vous voulez comprendre la Philosophie de la Création et de la Régénération Mentale et Spirituelle, vous devez étudier et comprendre ce Principe hermétique. Il renferme la solution d’un grand nombre des mystères de la Vie. Nous tenons à vous avertir qu’il n’a aucune parenté avec les nombreuses théories fondamentales, pernicieuses et dégradantes, avec les enseignements et les pratiques qui sont répandues sous des titres de fantaisie et qui ne sont qu’une prostitution du Grand Principe naturel du Genre. De telles réminiscences des anciennes formes infamantes du Phallicisme tendent à ruiner l’intelligence, le corps et l’esprit ; la Philosophie hermétique s’est toujours élevée avec indignation contre ces enseignements dégradés qui conduisent à la luxure, aux passions immodérées et à la perversion des principes de la Nature.

Si ce sont eux que vous recherchez, quittez immédiatement ce livre ; l’Hermétisme n’a rien qui puisse vous être utile. Pour ceux qui sont purs, tout est pur ; pour ceux qui sont vils, tout est vil.

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès (source)

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5048
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Kybalion – Chapitre III – La Transmutation mentale   Jeu 31 Mar - 2:20


Le Kybalion – Chapitre III – La Transmutation mentale



« L’Esprit, de même que les métaux et les éléments, peut passer d’un état à un état différent, d’un degré à un autre, d’une condition à une autre, d’un pôle à un autre pôle, d’une vibration à une autre vibration. La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental ». – LE KYBALION.

Comme nous l’avons, déjà dit, les hermétistes ont été les premiers alchimistes, les premiers astrologues et les premiers psychologues et c’est Hermès qui a été le fondateur de toutes ces écoles de la pensée. De l’Astrologie est sortie l’Astronomie moderne ; de l’Alchimie est sortie la Chimie moderne ; de la Psychologie mystique est née la psychologie de nos écoles. Mais. on ne doit pas supposer que les anciens ignoraient et que les écoles modernes croient leur propriété spéciale et exclusive. Les hiéroglyphes gravés sur les monuments de l’ancienne Egypte prouvent, de toute évidence, que les anciens avaient une connaissance parfaite de l’astronomie ; d’ailleurs, les Pyramides ont été construites dans le but de servir à l’étude de cette science. Ils n’ignoraient pas non plus la Chimie ; en effet, les fragments des écritures anciennes qui sont parvenus jusqu’à nous montrent qu’ils étaient familiers avec les propriétés chimiques des corps ; à vrai dire, les anciennes théories concernant la Physique sont lentement vérifiées par les découvertes toutes récentes de la science moderne, surtout en ce qui concerne la constitution de la matière. Il n’est pas non plus permis de supposer qu’ils ignoraient les découvertes soi-disant modernes en Psychologie ; bien au contraire, les Egyptiens étaient particulièrement érudits en science psychologique, surtout dans les branches que les écoles modernes ignorent encore mais qui, malgré tout, commencent à paraître au jour sous le nom de « sciences psychiques » ; celles-ci rendent bien perplexes les philosophes d’aujourd’hui, mais ils commencent cependant à admettre « qu’il pourrait bien, après tout, y avoir quelques vérités en elles. »

En réalité, en dehors de la Chimie, de l’Astronomie et de la Psychologie matérielle (il s’agit ici de la psychologie dans sa phase d’action mentale) les anciens possédaient une connaissance étendue d’Astronomie transcendantale, c’est-à-dire d’astrologie, de chimie transcendantale appelée alchimie, de psychologie transcendantale c’est-à-dire psychologie mystique. Ils possédaient le Savoir Intérieur aussi bien que le Savoir Extérieur, tandis que les savants modernes ne possèdent que ce dernier. Parmi les nombreuses branches secrètes de connaissances qu’avaient les Hermétistes, se trouvait celle qui est connue sous le nom de Transmutation Mentale et constitue le sujet de cette leçon. « Transmutation » est un mot communément employé pour désigner l’art ancien de la transmutation des métaux grossiers en or. Le mot « Transmuter » signifie « changer une nature, une forme ou une substance en une autre ; la transformer » (Webster). Par suite, la « Transmutation Mentale » est l’art de changer, de transformer des états, des formes et des conditions mentales en d’autres conditions de nature différente. Il vous est maintenant facile de comprendre que la Transmutation Mentale n’est que « l’Art de la Chimie Mentale », ou si vous préférez, une forme de Psychologie Mystique pratique.

Mais ce mot signifie encore plus qu’il ne paraît. La Transmutation, l’Alchimie ou la Chimie sont assez importantes dans leurs effets sur le Plan Mental pour ne pas être mises en doute. Si « l’Art de la Chimie Mentale » s’en tenait là, il serait tout de même une des branches d’études les plus importantes connues de l’homme. Mais, ce que nous avons dit ne constitue qu’un commencement. Voyons pourquoi.

Le Premier des Sept Principes Hermétiques est le Principe du Mentalisme,.dont l’axiome est : « Le TOUT est Esprit » ; « l’Univers est Mental », ce qui signifie que la Réalité de l’Univers est Esprit et que l’Univers, lui-même, est Mental, c’est-à-dire qu’il « existe dans l’Esprit DU TOUT ». Nous étudierons complètement ce Principe dans les prochaines leçons ; voyons dès maintenant si son effet est véritable.

Si l’Universel est Mental, la Transmutation Mentale doit être l’art de modifier les conditions de l’Univers, en ce qui concerne la Matière, la Force et l’Esprit. Vous voyez donc que la Transmutation Mentale est vraiment la « Magie » dont les anciens écrivains ont tant parlé dans leurs ouvrages mystiques, mais pour laquelle ils ont donné si peu d’instructions pratiques. Si Tout est Mental, l’art pourra permettre à tout individu de transmuter ses conditions mentales ; il pourra rendre le Maître contrôleur des conditions matérielles aussi bien que de celles ordinairement appelées mentales. Dans tous les cas, seuls les Alchimistes Mentaux avancés ont été capables d’atteindre le degré de pouvoir suffisant pour être à même de contrôler les conditions physiques les plus imposantes comme les éléments de la Nature, la production ou la cessation des tempêtes, la production ou la cessation des tremblements de terre et les autres grands phénomènes physiques. Le fait que de tels hommes ont existé et qu’il en existe encore aujourd’hui est accepté de tous les occultistes avancés de nos différentes écoles. Que les Maîtres existent et qu’ils aient en leur possession ces pouvoirs, les meilleurs professeurs l’affirment à leurs élèves, ayant vu des faits, des exemples qui les justifient dans de telles croyances et de telles affirmations Ces Maîtres ne font pas une exhibition publique de leurs pouvoirs ; au contraire, ils s’isolent des foules dans le but de suivre plus consciencieusement le Chemin de l’Idéal. Nous mentionnons leur existence à cet endroit de notre livre, pour appeler votre attention sur le fait que leur pouvoir est entièrement Mental, et qu’il agit en suivant les lois de la Transmutation Mentale supérieure et du Principe Hermétique du Mentalisme. « L’Univers est Mental ».

Mais les élèves et les hermétistes inférieurs aux Maîtres, aux Initiés et aux Professeurs sont également capables de réaliser avec facilité la Transmutation sur le Plan Mental. En résumé, tout ce que nous appelons « phénomène psychique », « influence mentale », « science mentale », « phénomène de pensée nouvelle », etc., obéit aux mêmes lois générales ; de quelque nom qu’on désigne le phénomène, il n’y a jamais qu’un seul principe invoqué. L’élève et le praticien de la Transmutation Mentale agissent dans le Plan Mental, transformant les conditions et les états mentaux en des conditions et des états différents, grâce à un certain nombre de formules plus ou moins efficaces. Les divers « traitements », « affirmations », dénégations« , etc., des écoles de la science mentale, ne sont que des formules de l’Art hermétique, souvent très imparfaites et peu scientifiques. La majorité des praticiens modernes est très ignorante, si on la compare aux anciens maîtres, car il lui manque les connaissances fondamentales sur lesquelles tout l’ouvrage est basé. Non seulement il est possible à quelqu’un de changer ou de transmuter ses propres états mentaux à l’aide des Méthodes hermétiques, mais encore il lui est possible de modifier les états des autres ; d’ailleurs il en est constamment ainsi, quelquefois inconsciemment mais plus souvent consciemment de la part de quelques individus qui ont compris les lois et les principes de protection personnelle. Mieux encore, comme un grand nombre d’adeptes et de praticiens de la science mentale moderne le savent, toute condition matérielle inhérente à l’esprit des autres individus peut être modifiée ou transmutée grâce à un désir ardent, à une volonté puissante, et aux « agissements » de ceux qui désirent changer leurs conditions de vie. Le publie est généralement si bien informé à notre époque de ces sortes de choses qu’il ne nous a pas paru nécessaire de décrire longuement leurs procédés ; notre but est plutôt de montrer simplement que l’Art et le Principe hermétique se trouvent sous toutes sortes de pratiques, si différentes qu’elles puissent paraître, qu’elles soient bonnes ou mauvaises ; la force, en effet, peut être utilisée dans deux directions contraires, suivant le Principe hermétique de la Polarité.

Dans ce petit ouvrage, nous décrirons les principes, fondamentaux de la Transmutation Mentale, celui qui les lira aura beaucoup de chances pour bien comprendre les Principes sous-jacents, et posséder ainsi la Maîtresse-Clef susceptible d’ouvrir les nombreuses portes du Principe de Polarité.

Nous allons continuer maintenant par l’étude du premier des Sept Principes Hermétiques, le Principe du Mentalisme, qui explique la vérité que « LE TOUT est Esprit ; l’Univers est Mental », selon les paroles du Kybalion. Nous recommandons à nos élèves la plus grande attention et une étude très sérieuse de cet important Principe, car c’est vraiment le Principe fondamental de toute la Philosophie Hermétique, et de l’Art Hermétique de la Transmutation Mentale.

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès (source)

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5048
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Kybalion : Chapitre IV : Le Tout   Jeu 31 Mar - 2:38


Le Kybalion : Chapitre IV : Le Tout

Par Trois Initiés


« Derrière l’Univers du Temps et de l’Espace se cache toujours la Réalité Substantielle, la Vérité Fondamentale. » – LE KYBALION.

« Substance » signifie : « ce qui se trouve sous n’importe quelle manifestation extérieure ; c’est l’essence, la réalité essentielle, la chose en elle-même », etc.

« Substantiel » signifie : « actuellement existant, étant l’élément essentiel, étant réel », etc.

« Réalité » signifie : « l’état d’une chose réelle, vraie, durable, solide, fixe, permanente, actuelle », etc.

Derrière toute apparence et toute manifestation extérieure, il doit toujours y avoir une Réalité Substantielle. Telle est la Loi. L’homme qui considère l’Univers, dont il constitue une unité, ne peut voir que les changements qui se produisent dans la matière, dans les forces et dans les états mentaux. Il voit que vraiment rien n’existe, mais que tout naît et évolue. Rien ne reste en repos ; tout naît, grandît et meurt ; à l’instant même où une chose atteint son apogée elle commence à décliner ; la loi du rythme se manifeste constamment ; il n’y a en aucune chose ni réalité ni qualité durable, ni fixité, ni substantialité ; rien n’est permanent, tout change. Cet homme voit toutes les choses naître d’autres choses et prendre une autre forme ; il voit constamment une action et une réaction, un flux et un reflux, une construction et une démolition, une création et une destruction, la naissance, l’évolution et la mort. Rien ne reste stable, tout Change. Si c’est un penseur, il comprend que chacune de ces choses changeantes ne doit être que l’apparence, la manifestation extérieure de quelque Pouvoir sous-jacent, de quelque Réalité substantielle.

Les penseurs, sans exception, dans tous les pays et dans tous les temps, ont compris la nécessité de l’existence de cette réalité substantielle. Toutes les philosophies dignes de porter ce nom ont été basées sur cette pensée. Les hommes ont donné à cette Réalité substantielle de nombreux noms ; quelques-uns l’ont désignée sous le nom de Déité ; d’autres l’ont appelée « l’Energie Infinie et Eternelle » ; d’autres encore ont essayé de l’appeler « Matière » ; mais tous ont reconnu son existence. Elle est évidente par elle-même ; elle n’a besoin d’aucun argument, d’aucune preuve.

Dans ces leçons, nous avons suivi l’exemple de quelques-uns des plus grands penseurs anciens et modernes du monde des Maîtres hermétistes. Nous avons appelé ce Pouvoir sous-jacent, cette Réalité Substantielle du nom Hermétique de « le Tout » ; nous estimons que ce mot est le plus facile à comprendre des nombreuses expressions appliquées par l’homme à la chose qui est au-dessus de n’importe quel nom et de n’importe quelle dénomination.

Nous acceptons et nous enseignons le point de vue des grands penseurs hermétiques de tous les temps aussi bien que celui de ces esprits illuminés qui ont atteint les plans supérieurs de l’être ; tous affirment que la nature profonde du Tout est Inconnaissable. Il doit, en effet, en être ainsi, car personne ne peut comprendre son être et sa nature propre, même à l’aide du Tout lui-même.

Les hermétistes croient et enseignent que le Tout, « en lui-même, est et doit toujours être Indéfinissable. » Ils considèrent toutes les théories, toutes les conjectures et toutes les spéculations des théologiens et des métaphysiciens, concernant la nature profonde du Tout, comme l’effort enfantin d’esprits mortels pour saisir le secret de l’Infini. De tels efforts ont toujours échoué et doivent échouer toujours par la nature même du travail. Celui qui poursuit de telles enquêtes parcourt de tous côtés le labyrinthe de la pensée ; il finit par s’égarer, par perdre tout raisonnement, toute action, toute conduite saine et raisonnable et par devenir impropre au travail de la vie. Il ressemble à l’écureuil qui court avec frénésie sur la roue mobile de sa cage ; voyageant toujours et n’aboutissant nulle part, il reste prisonnier et se trouve toujours à l’endroit d’où il est parti.

Plus présomptueux encore sont ceux qui tentent d’attribuer au Tout leur personnalité, leurs qualités, leur caractère et leurs propres attributs, lui octroyant les émotions, les sentiments et les caractéristiques humaines, lui donnant même les plus grands défauts de l’humanité, tels que la jalousie, la tendance à la flatterie et aux éloges, le désir des honneurs et la cupidité, et tout ce qui subsiste des Jours où notre race était encore à son enfance. De telles idées ne sont pas dignes d’hommes et de femmes éclairés et doivent être rapidement écartées.

A cet endroit il nous paraît convenable de signaler que nous faisons une distinction entre la Religion et la Théologie, entre la Philosophie et la Métaphysique. Pour nous, la religion n’est qu’une réalisation intuitive de l’existence du Tout ; la Théologie, c’est la tentative des hommes de lui attribuer une personnalité, des qualités et des caractéristiques, de lui octroyer leurs théories concernant leurs affaires, leur volonté, leurs désirs, leurs plans et de se faire les « intermédiaires » entre lui et le peuple. Pour nous, la Philosophie est une recherche en vue de connaître les choses connaissables et pensables ; tandis que la Métaphysique est la tentative de mener l’enquête plus profondément, en dehors des limites ordinaires, dans des régions inconnaissables et impensables, et dans les mêmes intentions que la Théologie.

En conséquence, la Religion et la Philosophie sont pour des choses qui ont leurs racines dans la Réalité, tandis que la Théologie et la Métaphysique nous apparaissent comme des roseaux brisés, enracinés dans les sables mouvants de l’ignorance et ne constituant qu’un support fragile pour l’intelligence et l’esprit de l’homme. Nous ne voulons pas insister auprès de nos élèves pour leur faire accepter cette définition ; nous la mentionnons simplement pour bien définir notre position. D’ailleurs, dans ces leçons, nous ne parlerons que très modérément de Théologie et de Métaphysique.

Pendant que la nature essentielle du Tout est Inconnaissable, il existe certaines vérités liées à son existence que l’esprit humain se trouve disposé à accepter. Un examen de ces rapports constitue un sujet intéressant d’enquête, surtout quand ils se concilient avec les théories des Illuminés des plans supérieurs. Nous vous conseillons énergiquement de faire dès maintenant cette enquête.

« Ce qui est la Vérité Fondamentale, la Réalité Substantielle, n’a nul besoin d’une dénomination spéciale, mais les Hommes Eclairés l’appellent LE TOUT », LE KYBALION.

« Dans son Essence, LE TOUT EST INCONNAISSABLE. » LE KYBALION.

« Cependant, l’exposé de la Raison doit être reçu avec la plus grande hospitalité et traité avec respect. » LE KYBALION.

La raison humaine que nous devons écouter religieusement tant qu’il nous est possible de penser, nous renseigne comme il suit au sujet du Tout et, cela, sans chercher à écarter le voile de l’Inconnaissable.

1. Le Tout doit être Tout ce qui est réellement. Il ne peut rien exister en dehors du Tout, sinon Le Tout ne serait pas Le Tout.

2. Le Tout doit être Infini, car rien ne peut définir, confirmer, limiter ou restreindre Le Tout. Il doit être infini dans le Temps, c’est-à-dire éternel ; il doit avoir constamment existé, car il n’existe rien qui ait été susceptible de le créer ; quelque chose ne peut pas descendre de rien : s’il « n’avait pas existé », même pendant un très court instant, il « n’existerait » pas actuellement ; il doit être destiné à exister constamment dans l’avenir, car rien ne peut le détruire ; il ne pourra jamais « ne pas être », même pendant un moment, parce que quelque chose ne peut jamais devenir rien. Il doit être Infini dans l’Espace ; il doit être Partout, car il n’y a pas de place en dehors du Tout ; il ne peut être que continu dans l’Espace, sans fêlure, sans coupure, sans séparation ou sans interruption, car il n’existe rien qui puisse le briser, séparer ou interrompre sa continuité et rien qui puisse « fermer les brèches ». Il doit être Infini en Pouvoir, c’est-à-dire Absolu, car rien n’est susceptible de le limiter, de le restreindre, de le réprimer, de le confiner, de le déranger ou de le maîtriser ; il n’est soumis à aucun autre Pouvoir, parce qu’il n’existe aucun autre Pouvoir.

3. Le Tout doit être Immuable, c’est-à-dire non sujet à modifier sa nature intime, car rien n’est capable d’opérer des changements en lui ; il n’existe rien en quoi il puisse se changer, ni d’où il puisse venir. On ne peut rien lui ajouter ni rien lui retrancher ; on ne peut l’augmenter ni le diminuer ; il ne peut devenir plus grand ou plus petit à quelque point de vue que ce soit. Il doit avoir toujours été et doit rester toujours exactement comme il est aujourd’hui : Le Tout ; il n’a jamais été, il n’est pas actuellement et ne sera jamais autre chose en quoi il puisse se changer.

Le Tout étant Infini, Absolu, Eternel et Inchangeable, il doit naturellement s’en suivre que rien de fini, de changeable, d’éphémère et de conditionné puisse être Le Tout. Et comme il n’y a rien en dehors Du Tout, toutes les choses finies doivent être Nulles en Réalité. Ne vous effrayez pas ; nous n’avons pas l’intention, sous le couvert de la Philosophie hermétique de vous faire parcourir le champ de la Science Chrétienne. Il est possible de concilier ces deux états en apparence contradictoires ; prenez patience, nous y arriverons quand le moment sera venu.

Nous voyons autour de nous que ce qu’on appelle « Matière », constitue la fondation physique de toutes les formes existantes. Le Tout est-il simplement de la Matière ? Pas du tout ! La Matière ne peut manifester de la Vie ni de l’Intelligence, et comme la Vie et l’Intelligence se manifestent dans l’Univers, Le Tout ne peut être Matière, car rien ne peut atteindre plus haut que sa propre source, rien ne se manifeste dans l’effet qui ne soit déjà dans la cause, rien n’existe comme conséquence qui ne soit pas déjà antécédent. En effet, la Science Moderne nous informe qu’il n’existe en réalité aucune chose que l’on puisse appeler Matière ; ce que nous appelons Matière n’est simplement qu’une « énergie ou une force interrompue », c’est-à-dire, une énergie ou une force possédant un degré très faible de vibration. Comme un écrivain l’a dit récemment « la Matière s’est confondue en Mystère ». La Science Matérielle elle-même a abandonné la théorie de la Matière et repose maintenant sur la base de « l’Energie ».

Le Tout est-il donc simplement de l’Energie ou de la Force ? Pas, en tous cas, de l’Energie ou de la Force comme les matérialistes l’entendent, car leur énergie et leur force sont aveugles, mécaniques, et dénuées de Vie ou d’Intelligence. La Vie et l’Intelligence ne peuvent provenir en aucun cas d’une Energie ou d’une Force aveugle pour la raison que nous avons donnée il y a un moment : « Rien ne peut atteindre plus haut que sa propre source ; rien n’est appliqué qui ne soit déjà impliqué ; rien ne se manifeste dans l’effet qui ne soit déjà dans la cause. » Ainsi Le Tout ne peut pas être une simple Energie ni une simple Force ; s’il en était ainsi, il ne pourrait pas y avoir dans l’existence des choses telles que la Vie et l’Intelligence ; or, nous savons que ces choses existent car nous sommes Vivants et nous utilisons notre Intelligence à étudier cette question ; ainsi raisonnent ceux qui proclament que l’Energie n’est pas Le Tout.

Qu’est-ce donc que cette chose supérieure à la Matière et à l’Energie que nous savons exister dans l’Univers ? C’est la Vie et l’Intelligence ! C’est la Vie et l’Intelligence dans tous leurs degrés divers d’épanouissement ! « Mais alors, allez-vous demander, prétendez-vous nous enseigner que Le Tout, c’est la Vie et l’Intelligence ? » Oui, et Non ! répondrons-nous. Si vous entendez la Vie et l’Intelligence comme nous les connaissons, nous, pauvres mortels insignifiants, nous dirons : Non ! Le Tout n’est pas cela ! « Mais, allez vous demander, quelle sorte de Vie et d’Intelligence voulez-vous dire ? »

Nous répondrons : « l’Intelligence vivante, bien supérieure à tout ce que les mortels entendent par ces mots, la Vie et l’Intelligence n’étant pas comparables à des forces mécaniques ou à de la matière ; ce que nous voulons dire, c’est l’Intelligence vivante infinie, comparée à la Vie et à l’Intelligence finies ». Nous voulons dire ce que les esprits illuminés comprennent quand ils prononcent respectueusement le mot : « Esprit ! »

« Le Tout », c’est l’Intelligence Vivante Infinie ; les Illuminés l’appellent Esprit !

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès (source)

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
Esprit
Admin
avatar

Messages : 5048
Date d'inscription : 08/02/2013
Age : 54
Localisation : Bordeaux - France

Message Sujet: Le Kybalion : Chapitre VII : Le Tout dans Tout   Jeu 31 Mar - 3:19


Le Kybalion : Chapitre VII : Le Tout dans Tout

Par Trois Initiés


« S’il est vrai que Tout est dans LE TOUT, il est également vrai que LE TOUT est dans Tout.
Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir »
– Le Kybalion.

Que de gens ont entendu répéter souvent que leur Divinité, appelée de différents noms, était « Tout dans Tout » et combien ont soupçonné la vérité occulte cachée dans ces mots prononcés négligemment. Cette expression commune est un souvenir de l’ancienne Maxime hermétique placée en tête de ce chapitre. Comme le dit le Kybalion : « Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir ». Ceci dit, tâchons de pénétrer cette vérité dont la compréhension est si importante. Dans cette Maxime hermétique se cache une des plus grandes vérités philosophiques, scientifiques et religieuses.

Nous vous avons déjà exposé la Doctrine hermétique concernant la Nature Mentale de l’Univers et nous vous avons expliqué que « l’Univers est Mental et est contenu dans l’Esprit du Tout ». Comme le dit le Kybalion dans le passage que nous avons donné précédemment : « Tout est dans le Tout ». N’oubliez pas non plus cette autre affirmation : « Il est également vrai que Le Tout est dans Tout ». Ces deux préceptes, en apparence contradictoires, peuvent se concilier sous la Loi du Paradoxe. Ils constituent, d’ailleurs, un jugement hermétique exact des rapports qui existent entre Le Tout et son Univers Mental. Nous avons vu comment « Tout est dans le Tout » ; examinons maintenant l’autre aspect du sujet.

La Doctrine hermétique enseigne que Le Tout est inhérent à l’Univers, qu’il demeure dedans, et que chacune de ses parties, chacune de ses unités ou de ses combinaisons est située à l’intérieur de l’Univers. Les Professeurs expliquent fréquemment ce jugement en faisant intervenir le Principe de Correspondance. Le Maître enseigne à l’adepte à se former une Image Mentale de quoi que ce soit, d’une personne, d’une idée, d’une chose pouvant avoir une forme mentale ; l’exemple favori est celui de l’auteur ou du tragédien qui se forme une idée des caractères qu’il veut représenter, ou bien du peintre ou du sculpteur qui se forme une image mentale de l’idéal qu’il veut exprimer à l’aide de son art. Dans tous les cas, l’élève se rendra compte que lorsque l’image est formée, seule dans son esprit, l’auteur, le tragédien, le peintre ou le sculpteur lui-même est inhérent, est contenu tout entier dans l’image mentale elle-même. En d’autres termes, toute la vertu, la vie et l’esprit de la réalité contenue dans l’image mentale dérivent de « l’esprit immanent » du penseur. Considérez avec attention ce que nous venons de dire jusqu’à ce que vous saisissiez bien notre idée.

Pour prendre un exemple moderne, disons qu’Othello, Iage, Hamlet, Richard III, existaient réellement dans l’esprit de Shakespeare au moment de leur conception et de leur création. De plus, Shakespeare lui-même existait au sein de chacun de ces caractères, leur donnant sa vitalité, son esprit et son action. De qui est « l’esprit » des personnages que nous connaissons sous le nom de Micawber, Oliver Twist, Uriah Heep (Personnages des romans de Dickens) ? Est-ce celui de Dickens, ou chaque personnage que nous venons de citer a-t-il son esprit personnel, indépendant de son créateur ? La Vénus de Médicis, la Madone Sixtine, l’Apollon du Belvédère, ont-ils des esprits propres et une réalité particulière ou représentent-ils le pouvoir spirituel et mental de leurs créateurs ? La Loi du Paradoxe explique que ces deux choses sont à la fois possibles, si on les considère de deux points de vue convenables. Micawber est à la fois Micawber et Dickens. Et cependant, bien qu’on puisse dire que Micawber est Dickens, on ne Peut dire que Dickens et Micawber soient identiques. L’Homme, comme Micawber, peut s’écrier : « L’Esprit de mon Créateur est inhérent en moi ; et cependant Je ne suis pas Lui ! ». Combien cela est différent des demi-vérités choquantes répandues avec fracas par quelques demi-sages, qui remplissent l’air de leurs cris rauques : « Je suis Dieu ! » Imaginez vous Micawber ou le sournois Uriah Heep, s’écriant : « Je suis Dickens » ; on quelque lourdaud des ouvrages de Shakespeare s’écriant : « Je suis Shakespeare ! » Et Tout est dans le ver de terre et cependant le ver de terre n’est pas Le Tout. Malgré tout, cette chose curieuse n’en existe pas moins : bien que le ver de terre n’existe que comme une chose inférieure, créée et existant à l’intérieur de l’Esprit du Tout, cependant Le Tout est immanent dans le ver de terre et dans les moindres particules qui servirent à constituer le ver de terre. Peut-il exister un plus grand mystère que celui du « Tout dans Le Tout ; et Le Tout dans Tout ? »

L’élève comprendra, naturellement, que les quelques exemples que nous venons de donner sont nécessairement imparfaits et insuffisants, car ils représentent la création d’images mentales dans des esprits finis, tandis que l’Univers est une création de l’Esprit Infini ; la différence qui existe entre les deux pôles les sépare. C’est d’ailleurs une simple question de degré ; c’est toujours le même Principe qui opère ; le Principe de Correspondance se manifeste d’un côté et de l’autre. « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut ».

Plus l’Homme comprendra l’existence de l’Esprit Intime immanent à l’intérieur de son être, plus haut et plus rapidement il s’élèvera dans l’échelle spirituelle de la vie. C’est cela que signifie le développement spirituel, la reconnaissance, la réalisation et la manifestation de l’Esprit à l’intérieur de nous-mêmes. Efforcez-vous de vous rappeler cette dernière définition, celle du développement spirituel. Elle contient la Vérité de la Vraie Religion.

Il existe de nombreux plans de l’Être, de nombreux plans supérieurs de Vie. Tout dépend de l’avancement des individus sur l’échelle dont le barreau inférieur est formé de la matière la plus grossière, et le barreau supérieur seulement séparé de l’Esprit du Tout par une infime division.

Du haut en bas de cette échelle de la Vie, tout se meut. Tout le monde est sur la voie qui conduit Au Tout. Tout progrès marque un Pas vers la Maison. Tout a sa place en haut ou en bas, malgré les apparences contradictoires. Tel est le Message des Illuminés.

La Doctrine hermétique concernant le processus de la Création Mentale de l’Univers enseigne qu’au début du Cycle Créatif, Le Tout, dans son aspect « d’Etre existant » projette sa volonté vers l’aspect de « Devenir » et le processus de création commence. Elle explique que ce processus consiste à ralentir la Vibration jusqu’à ce qu’un degré très bas d’oscillation soit atteint, auquel degré se manifeste la forme de Matière la plus grossière possible. Cet état est appelé le stade de l’Involution dans lequel Le Tout est impliqué et contenu. Les hermétistes croient que cet état a une Correspondance, un rapport avec le processus mental de l’artiste, de l’écrivain ou de l’inventeur qui se mélange si intimement avec sa propre création mentale qu’il peut presque oublier sa propre existence et qui, en tout cas, « vit dans sa création ». Si au lieu de dire qu’il se « mélange » avec sa création mentale, nous disons qu’il s’en « empare », nous donnerons peut-être une meilleure idée de ce que nous voulons dire.

Ce stade Involontaire de la Création est quelquefois appelé « l’Effusion » de « l’Énergie Divine », de même que le stade « d’Évolution » est appelé « l’Infusion ». Le pôle extrême du processus Créatif est considéré comme le dernier sorti du Tout, pendant que le commencement du retour en arrière du pendule du Rythme, c’est le « Pas vers la Maison », idée que l’on retrouve dans tous les enseignements hermétiques.

La Doctrine enseigne que pendant « l’Effusion », les vibrations deviennent de moins en moins rapides jusqu’à ce que le mouvement de poussée finisse par s’arrêter et que l’oscillation de retour commence. Mais il existe cette différence que pendant le stade « d’Effusion », les forces créatives se manifestent d’une façon compacte, comme un tout, tandis qu’au commencement du stade « d’Évolution » ou « d’Infusion », c’est la Loi « d’Individualisation » qui agit, c’est-à-dire la tendance à séparer tout en Unités de Force, si bien que, finalement, ce que laisse Le Tout comme énergie inindividualisée retourne à sa source sous la forme d’Unités de Vie puissamment développées, avant atteint des échelons de l’échelle de plus en plus élevés, grâce à l’Évolution Physique, Mentale et Spirituelle.

Les anciens hermétistes se servaient du mot « Méditation » en parlant du processus de la création mentale de l’Univers dans l’Esprit Du Tout ; ils employaient aussi fréquemment le mot « Contemplation ». Mais l’idée qui se cache sous ces expressions paraît être celle du travail de l’Attention Divine. « Attention » est un mot qui dérive d’une racine latine qui signifie « atteindre, tendre vers » ; l’acte de l’Attention est donc réellement « la réalisation, la tension » vers une énergie mentale ; examiner la signification étymologique du mot « Attention » nous fait donc comprendre la véritable idée cachée des hermétistes.

La doctrine hermétique, en ce qui concerne le processus d’Évolution, est la suivante : Le Tout, ayant médité sur le commencement de la Création, ayant ainsi établi les fondations matérielles de l’Univers, ayant pensé son existence, se réveille graduellement ou sort de sa méditation ; en agissant ainsi, il fait se manifester successivement et en bon ordre le processus de l’Évolution sur les plans matériel, mental et spirituel. C’est ainsi que le mouvement vers le haut commence ; tout va dans la direction de l’Esprit. La Matière devient moins grossière ; les Unités s’assemblent pour donner naissance aux êtres ; les combinaisons commencent à se former ; la Vie apparaît et se manifeste dans des formes toujours supérieures et l’Esprit devient de plus en plus évident, de plus en plus apparent, les vibrations augmentant constamment de rapidité. En un mot, le processus entier de l’Évolution dans toutes ses phases, commence et agit en concordance avec les Lois établies du. processus « d’Infusion ». Pour créer tout cela, il a fallu des éternités et des éternités du temps de l’Homme, chaque éternité contenant d’innombrables millions d’années ; cependant, les Illuminés nous enseignent que la création complète d’un Univers, y compris l’Involution et l’Évolution n’est pour Le Tout qu’un « clignement de paupières ». À la fin du cycle interminable des myriades de siècles, Le Tout cesse son Attention, c’est-à-dire sa contemplation et sa Méditation vis-à-vis de l’Univers, car le Grand Oeuvre est terminé ; tout rentre dans Le Tout d’où il est sorti. Mais, Mystère des Mystères, l’Esprit de toute âme, loin d’être annihilé, est infiniment développé ; le Créateur et le Créé sont confondus. Tel est le récit des Illuminés !

Ce que nous venons de dire de la « méditation » du Tout et de son « réveil de cette méditation », n’est évidemment qu’une simple tentative de la part des Professeurs pour décrire par un exemple fini le processus Infini. « Ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut ». Il n’existe qu’une différence de degré. Et de même que Le Tout abandonne sa méditation sur l’Univers, de même l’Homme, quand en vient le moment, cesse d’agir sur le Plan Matériel, et se retire de plus en plus dans l’Esprit Intime, qui est vraiment « le Divin Ego ».

Il est une autre question que nous désirons étudier dans cette leçon et qui se rapproche beaucoup du terrain Métaphysique de la spéculation, bien que notre intention soit de montrer la futilité d’une telle spéculation. Nous voulons parler de la pensée qui vient inévitablement à l’esprit de tous ceux qui se sont aventurés à la recherche de la Vérité. La question est la suivante : « Pourquoi le Tout a-t-il créé les Univers ? » On peut la poser de différentes manières, mais celle que nous venons de donner les résume toutes.

Les Hommes se sont efforcés de la résoudre, mais il n’existe pas encore de réponse digne de ce nom. Quelques-uns se sont imaginé que Le Tout avait quelque chose à gagner en créant les Univers ; cela est absurde ; que pourrait en effet gagner Le Tout qui ne soit déjà en sa possession ? D’autres ont cherché la réponse dans l’idée que Le Tout « voulait avoir quelque chose à aimer » ; d’autres ont répondu qu’il créait par plaisir, par amusement ; ou parce « qu’il était solitaire » ; ou bien encore pour manifester son pouvoir ; toutes explications et idées puériles appartenant à la période enfantine de la pensée.

D’autres ont cherché à expliquer le mystère en assurant que Le Tout se trouvait « contraint » de créer en vertu de sa propre « nature intérieure » et de son « instinct créatif ». Cette dernière idée est en avance sur les autres, mais son point faible est dans ce fait que Le Tout peut être « contraint » par quelque chose, intérieur ou extérieur. Si sa « nature intérieure » ou son « instinct créatif » obligeait Le Tout à faire quoi que ce soit, alors cette « nature intérieure », cet « instinct créatif » serait l’Absolu au lieu du Tout ; une partie de l’explication n’est donc pas satisfaisante. Et cependant Le Tout crée, et manifeste ; il semble même y trouver une sorte de satisfaction. Il est donc difficile d’échapper à la conclusion qu’à quelque degré infini, il doit y avoir quelque chose dans l’homme, qui correspond à une « nature intérieure » ou à un « instinct créatif », du Désir Infini et de la Volonté correspondante. Le Tout ne peut agir s’il ne Veut pas Agir ; et il ne Voudrait pas agir s’il ne Désirait pas le faire, de sa propre volonté, D’autre part, il ne Désirerait pas Agir s’il n’en tirait pas une certaine satisfaction. Toutes ces choses font partie d’une « Nature Intérieure » ; on peut déduire leur existence de la Loi de Correspondance. Nous préférons cependant penser que Le Tout agit en pleine liberté, soustrait à toute influence aussi bien extérieure qu’intérieure. Tel est le problème qui se trouve à la racine de la difficulté et la difficulté qui se trouve à la racine du problème.

En parlant strictement, il est impossible de dire que Le Tout ait une « Raison » quelconque pour agir, car une « Raison » implique une « Cause » ; or Le Tout est au-dessus de toute Cause et de tout Effet, sauf quand il Veut devenir une Cause ; c’est alors que le Principe se manifeste. Ainsi, vous le voyez, la matière est Impossible comme Le Tout est Inconnaissable. De même, nous disons simplement que Le Tout « est », de même nous sommes obligés de dire que « Le Tout agit parce qu’il agit ». Finalement, Le Tout est Toute Raison en elle-même. Toute Loi en elle-même ; Toute Action en elle-même ; on peut dire, sans crainte d’erreur, que Le Tout est Sa Propre Raison, sa propre Loi, ses propres actions ; mieux encore, on peut dire que Le Tout, sa Raison, ses Actes, sa Loi sont UN, tous ces mots ayant la même signification. L’avis de ceux qui ont rédigé ces leçons, est qu’il faut chercher la réponse dans le Moi intérieur du Tout, de même que pour le Secret de l’existence. La Loi de Correspondance à notre avis, atteint seulement cet aspect du Tout que nous pouvons appeler « L’Aspect du Devenir ». Derrière cet aspect, se trouve « L’Aspect de l’Etre », dans lequel toutes les Lois se perdent dans La Loi, tous les Principes se fondent dans le Principe ; et Le Tout, Le Principe et l’Être sont identiques, un et semblables. Toute spéculation métaphysique sur ce point est donc futile. Nous avons abordé franchement le sujet afin de montrer l’absurdité des réponses ordinaires de la métaphysique et de la théologie.

Pour conclure, il peut être d’un certain intérêt pour nos élèves d’apprendre que, tandis que les Enseignements hermétiques anciens et modernes ont tendu à appliquer à la question le Principe de Correspondance, qui a fait conclure à l’existence de la « Nature Intérieure », la légende nous rapporte qu’Hermès le Grand, quand ses élèves les plus avancés lui posèrent la question, répondit en pressant fortement ses lèvres les unes contre les autres et en ne laissant pas échapper un seul mot ; il voulait dire évidemment qu’à cela il n’y avait pas de réponse. Cependant, son intention peut avoir été d’appliquer cet axiome de la philosophie : « Les lèvres de la Sagesse sont closes excepté aux oreilles de l’Entendement », estimant que même ses élèves les plus avancés ne possédaient pas encore un Entendement qui put leur permettre de recevoir l’Enseignement. En tout cas, si Hermès possédait le Secret, il oublia de s’en départir et en ce qui concerne l’Univers, les lèvres d’Hermès sont closes. Où le Grand Hermès hésitait à parler, quel mortel oserait enseigner ?

En tout cas, souvenez-vous que quelle que soit la solution de ce problème, s’il en existe vraiment une, il subsiste néanmoins cette vérité que : « S’il est vrai que Tout est dans LE TOUT, il est également vrai que LE TOUT est dans Tout ». L’Enseignement sur ce point est énergique. Nous pouvons ajouter la conclusion de la citation du Kybalion : « Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir. »

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès (source)

_________________

" Quand je partage, je m'enrichis "
La loi de l'attraction
Esprit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stibine.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Message Sujet: Re: Le Kybalion    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Kybalion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Kybalion
» Le Kybalion
» Le Kybalion
» Le Kybalion
» E-Book : Le Kybalion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Loi de l’Attraction :: Divers :: Sciences Occultes et Métaphysique‎s-